Le MEXIQUE COLONIAL
(première partie)

par

Gervais D'Astous

Dès la frontière traversée, nous nous dirigeons vers Monterrey, troisième ville du Mexique. C’est un centre industriel important et la plus américanisée de toutes les villes mexicaines. Quelques petits musées peuvent justifier un court séjour.

 


 

 

 

Après votre tournée, faites un arrêt à la Plaza Zaragoza pour écouter de la musique ou tout simplement refaire vos forces, en flânant sur la Macro Plaza.

En route vers Saltillo, ville voisine, ne manquez pas de faire un détour pour visiter les Grutas de Garcia. Vaut mieux y aller sur semaine, car la fin de semaine, c’est une sortie très populaire auprès des mexicains. Fondée en 1577, Saltillo est la plus vieille ville du nord mexicain. Quelques beaux bâtiments coloniaux au centre-ville méritent qu’on y jettent un coup d’œil.

Matehuala, notre prochaine destination sera notre point de chute pour visiter Real de Catorce. À son apogée, à la fin du X1X e siècle, 40000 personnes vivaient à Real de Catorce, l’hôtel de la monnaie de Mexico y était installée et trois millions de dollars en lingot d’argent sortaient de ses mines. Suite à l’épuisement du minerai, elle était devenue une ville fantôme, Aujourd’hui, c’est un endroit magique. Gringos, Européens et Mexicains à l’aise, ont découvert le coin, restauré plusieurs vieux bâtiments et quelques 2000 personnes y ont élu domicile. Son architecture particulière est très appréciée des réalisateurs de films historiques. Plusieurs édifices sont ouverts aux visiteurs et comme partout au Mexique, les églises méritent une visite.

 

 

 

 

Pour atteindre cet endroit envoûtant, il faut circuler sous la montagne, à tour de rôle, dans un tunnel de 2.3km de long, qui est en fait un ancien puit de mine.

 

 

 

 

 

 

Nous voici à San Luis Potosi, ville qui joua et qui joue encore un rôle important dans l’histoire du Mexique. Fondée en 1592, les gisements d’argent des environs en firent une ville prospère rapidement. Elle servit souvent de refuge à des politiciens ou à des gouvernements provisoires. Elle est la capitale de l’état du même nom, un des plus riches du Mexique. Son Zocalo, aussi nommé Plaza de Armas ou Jardin Hildalgo est typique de toutes les villes mexicaines. Un Zocalo, est un parc bien paysager, bien ombragé avec beaucoup d’arbres matures, possédant un beau kiosque en son centre pour les cérémonies ou pour faire de la musique et de bancs pour se reposer. C’est un lieu de rassemblement pour les citadins, et est toujours situé au centre-ville. L’on retrouve généralement le long des rues qui le bordent, l’hôtel de ville sur un coté, l’église principale ou la cathédrale sur un autre coté et le palais du gouvernement s’il y a lieu sur un troisième. Autrement, les deux autres cotés se partagent boutiques et terrasses dans des édifices historiques. San Luis Potosi regorge d’immeubles coloniaux, d’églises et de musées.

 

 

La ville historique San Miguel de Allende, fondée en 1542, se niche entre un canyon et un lac. Elle est la patrie d’Ignacio Allende, un des pères de l’indépendance. Déjà, 200 av J.C. l’agriculture de la région reposait sur l’irrigation. Aujourd’hui, c’est une halte de rêves pour de nombreux retraités nord-américains. La ville attire aussi de nombreux peintres, sculpteurs, poètes et créateurs de tout genre et les galeries d’art y pullulent. Quelques jours sont nécessaires pour parcourir ses rues étroites, pavées de roches rondes, faire le tour de ses églises, musées, monuments historiques,.et boutiques de toutes catégories. San Miguel de Allende est reconnue mondialement pour la qualité de ses cours d’espagnol.

En route pour Guanajuato, notre prochaine destination, nous faisons un arrêt à Dolores Hildalgo. patrie de Miguel Hildalgo, autre père de l’indépendance et héros le plus vénéré des Mexicains. Outre le Museo de la Independencia Nacional et le Museo Casa de Hildalgo, cette ville est reconnue mondialement pour ses fabriques de poteries. Guanajuato ressemble à un bijou en forme de trèfle, enfoncé profondément dans son écrin.

 

 

 

 

Construite sur des mines d’argent, découvertes en 1558, cette ville produisit 40% de la production mondiale de l’argent pendant 2 siècles. C’était une ville immensément riche et les églises, d’une richesse inouïe, en témoignent. Aujourd’hui, les puits de mines abandonnés, servent de voies de circulation rapides sous la ville. Nous trouvons ici, quelques uns des plus beaux musées du Mexique. L’architecture coloniale y est très riche. Une des rues est tellement étroite, que du balcon d’un coté, on peut donner un bizou à la voisine sur le balcon d’en face. Guanajuato est le lieu de naissance du populaire peintre Diego Rivera, et est connu aujourd’hui pour son enseignement artistique universitaire. Quinze mille étudiants y étudient les arts chaque année.

 

 

 

A 15 km à l’ouest de Guanajuato, s’élève au sommet du mont du Cerro de Cubilete, une immense statue de 20 mètres de haut du Christ Roi. Située au centre géographique du pays, c’est un lieu de pèlerinage important pour les croyants mexicains.

 

 

 

 

 

Morelia, notre prochaine destination, est peut être le meilleur exemple de ce que peut faire une ville pour protéger son patrimoine. Si vous rénovez ou construisez dans le district colonial du centre-ville, vous devez obligatoirement réalisez vos façades en style colonial, avec arcades, et vos murs seront en pierre rose, comme à l’époque.

 

 

 

La construction de la cathédrale, qui domine le Zocalo, demanda plus d’un siècle de travail, soit de 1640 à 1744. L’aqueduc qui amène l’eau à la ville, avec ses 253 arches s’étirant sur plus de 2km, offrent un spectacle imposant, et encore plus la nuit, lorsqu’il est illuminé. Morelia foisonne de musées et sites historiques. D’ici, une excursion d’une petite journée vous mènera au sanctuaire d’El Rosario. Vous pourrez y admirez des millions de monarques dans leur quartier d’hiver. Ils sont tellement nombreux, que les branches des conifères plient sous leur poids.

 

 

A suivre

Gervais d'Astous ( gervaisdastous@yahoo.ca)