Trois âges, trois regards sur Bonaventure

Oui, certes, je ne suis qu’un voyageur, un pèlerin sur cette Terre!
Êtes-vous donc davantage?
- Goethe


    La vieille dame (presque) indigne de la 1re génération, a réservé cet été deux petites maisons au bord de la mer pour l’héberger avec sa 2e génération, ses filles et leurs maris, ainsi que sa 3e génération adorée, ses petits-enfants Camille, Chloé, Philippe et le bébé qui naîtra dans un mois.

samedi, 4 juillet

    Les distances étant toujours aussi immenses au Québec, quand on prend le train, on doit partir la veille pour arriver le matin désiré. Donc, départ de Bonaventure (la station ferroviaire de Montréal) pour… Bonaventure (dans la Baie des Chaleurs). Impressionnant de voir arrêter l’immense train gris, jaune et bleu à la minuscule gare, pour soi et trois autres personnes. Depuis que le billet a été acheté il y a des mois, il est apparu dans l’ordinateur du chef de train, lequel devra faire un arrêt à cette gare ce matin-là.

    Toute la 2e génération voyage, bien entendu, en automobile. L’une des familles est venue accueillir la chère aïeule. Et c’est charmant de voir la 3e génération se précipiter vers leur grand-mère qui descend avec précaution du wagon.

    Installation dans les deux chalets face à la mer; l’un servira de lieu de réfection et aussi aux jeux de société après le feu de camp crépusculaire.

    C’est le pays des « échouries ». Ces branches de bois multiformes et de tailles vraiment diverses ont été polies par leur séjour dans l’eau; elles évoquent une forêt magique qu’on aurait désossée. On dirait que la vague vient en déposer de plus jolies chaque matin sur la grève… en plus de minuscules coquillages et de ravissantes pierres striées et multicolores. La 3e génération a droit à une leçon philosophique sur la diversité contenue sur les plages du monde… comme les grains de sable qui sont différents les uns des autres, c’est bien connu.


 dimanche, 5 juillet

    La nuit est glaciale. Heureusement, une famille de la 2e génération, qui doit continuer son périple en camping la semaine suivante, est équipée de super sacs de couchage chauds et douillets, chers à tous les Québécois dont les ancêtres étaient « coureurs des bois ».

    Le lever est gris, froid et pluvieux. Excellente journée pour filer à Percé, qui est situé à deux heures de route de Bonaventure. Huit villages plus loin, voici la Côte dite Surprise parce qu’elle offre une vue saisissante sur le Rocher Percé, juxtaposé aux 3 Sœurs, des collines de taille différente avec, en arrière-plan, le Pic de l’Aurore.
                                                            

    Comme le temps file, les trois générations s’engouffrent avec entrain dans un petit resto dit Jonathan le Goéland où l’on peut déguster des tas de sandwiches au homard.

    Avant d’aller sur la mer, on se souvient en souriant du proverbe polonais :

Si tu vas en guerre, prie une fois

Si tu vas en mer, prie deux fois

Si tu vas en mariage, prie trois fois



 

    Puis hop! Embarquement sur le Félix Leclerc, une goélette qui nous emporte vers l’Île Bonaventure. Quand il fait mauvais temps sur terre, c’est pareil en mer! De vagues de trois mètres bercent solidement le petit bateau qui s’adapte parfaitement… mieux que les passagers en tout cas! Épidémie immédiate d’indigestion sous l’œil cordial du beau capitaine. Celui-ci a un post-doc en biologie marine et est un passionné de la mer et des êtres vivants qui l’habitent. En compagnie des agents du Parc national de l’Île-Bonaventure et du Rocher-Percé, il prend plaisir à instruire les passagers qui sont en état d’en profiter. Au cours du trajet sur l’onde, on peut apercevoir le Rocher sous toutes ses coutures tandis qu’on en fait le tour. Ce monolithe constitué de calcaire faisait autrefois partie intégrante du rivage. Impressionnant : 450 m de large, 90 m de long et 85 m de haut. Il y aurait eu jadis quatre arches; seule l’une demeure de 30 m de large. Elle est accompagnée, depuis 1845, d’un obélisque issu d’une autre arche vaincue par l’érosion.

    Direction Île Bonaventure. On arrive par le petit port situé sur la rive qui a hébergé jusqu’en 1934 les familles de pêcheurs. La maison patrimoniale Le Bouthillier permet d’en apprendre sur les techniques des compagnies morutières. Il n’y a pas de source d’eau douce sur l’île. Pas évident de vivre dans ces conditions. Dans les bandes marines de 100 mètres qui protègent l’Île, on peut observer de charmants phoques gris qui se reposent sur les rochers affleurants. Ces espaces liquides appartiennent au Parc; ils protègent la quiétude de la célèbre colonie de fous de Bassan dont on a aperçu au loin l’installation gargantuesque sur les rochers.

    Les trois générations sont prêtes à s’engager sur les sentiers boueux. Une distance de presque trois kilomètres est à franchir pour atteindre la colonie de 62,000 couples d’oiseaux. Les braves petits de la 3e génération – 2, 5 et 8 ans — cheminent vaillamment, encouragés par leurs adultes. Et même la future maman enceinte de 8 mois marche avec entrain vers le lieu prodigieux.

    Les agents du Parc sont, de toute évidence, amoureux de leurs fous de Bassan. Une question posée leur permet de divulguer avec force détails la vie intime de ces oiseaux marins, leurs comportements, leurs mœurs, leurs émotions. De manière complice, ils amènent même les 3 générations à la pouponnière pour contempler l’œuf ou l’oisillon qui s’ébroue, bien dissimulés derrière des planches d’observation.

    Après la contemplation, c’est le retour-sentier de 3 kilomètres et le retour-bateau sur une mer calmée. Et, bien sûr, le retour-automobile durant deux heures. Tout cela dans l’euphorie générale.

lundi, 6 juillet

    Revirement de la température : soleil-soleil-soleil. On ne reviendra plus là-dessus, il fera beau toute la semaine. Pour tirer le meilleur parti possible de cette journée, les générations font des choix différents. La 1re génération opte pour du farniente au village. Visite de la magnifique église dont la paroisse fut fondée en 1760, cinq ans après la tristement célèbre Déportation des Acadiens. Elle se prend un bon café au Funambule, lieu chaleureux d’objets et d’activités artistiques pour tous les âges. Le Musée acadien du Québec propose des expositions, dans une perspective historique et ethnologique, sur ce peuple résilient et fier. Elle visite des boutiques comme Verre et Bulles, Vert pistache, un gentil resto Le Rendez-vous, tout cela face à la mer de la Baie des Chaleurs, laquelle fait maintenant partie du Club des Plus Belles baies du Monde qui réunit une trentaine de ces joyaux patrimoniaux.

    La 2e génération recherche un projet plus sportif avec Cime Aventure : la descente de l’une des dix rivières les plus limpides du monde (encore les meilleurs!). La Bonaventure prend sa source dans le massif des Chic-Chocs et se jette 127 km plus loin dans la Baie des Chaleurs. Ses eaux cristallines hébergent le saumon. 2e et 3e générations s’installent dans des kayaks à deux places. Même la future mère fera la descente de la rivière avec Chloé 5 ans. Camille 8 ans est avec son papa. Les fiancés sont ensemble. La famille de Philippe 2 ans, occupe un beau canot. Périple de rêve, inoubliable. Et là, tout le monde suivra le précepte de Cime Aventure : « Ensemble, soyons sans trace! » afin de préserver ce trésor pour les générations qui suivront.


    Excellent souper supervisé par la 2e génération suivi par un joyeux feu de camp sur la grève où se mêlent coucher de soleil hallucinant et guitare ensorcelante.

mardi, 7 juillet

    Pourquoi arrêter les activités de nature en si bon chemin!

    On se lasse de tout, excepté d’apprendre. Virgile

    La décision est prise d’une sortie au Bioparc ce matin. Il s’agit d’un immense territoire occupé par les différents animaux sauvages de la Gaspésie. Ceux-ci se prélassent dans un espace aménagé spécifiquement pour eux. L’originalité de ce jardin d’acclimatation est que les visiteurs sont invités au repas de chaque espèce. Ce repas est commenté par un naturaliste-interprète qui en explique les caractéristiques et répond aux questions en donnant des précisions intéressantes. Ainsi, loutres, ratons-laveurs, phoques gris, cougars, ours, rapaces, loups, bestioles aquatiques, oiseaux marins, consomment leur lunch devant les 3 générations fascinées. Au bout de quelques heures d’observation, c’est le pique-nique de la « gang » qui continue d’admirer ses bêtes préférées.

    Ce Bioparc est un organisme à but non lucratif qui permet de découvrir cinq écosystèmes de la Gaspésie — la baie, le barachois, la rivière, la forêt et la toundra. Les trois générations auraient pu également participer à des activités nocturnes d’observation des animaux, car nous étions un soir de pleine lune. Ce sera pour la prochaine fois.

mercredi, 8 juillet

Je ne sais pas parler de la mer. Tout ce que je sais, c’est qu’elle me débarrasse soudain de toutes mes obligations. Chaque fois que je la regarde, je deviens un noyé heureux. Romain Gary

    Ces pérégrinations amènent au désir d’une journée plus en douceur sur la plage... jeux des vagues, jeux des enfants. La 1re génération s’adonne à son occupation favorite, la recherche des plus belles échouries qu’elle rapportera en ville pour orner les plantes vertes de son appartement. Elle est accompagnée dans son flânage par la 3e génération plus portée vers les cailloux et les coquillages. Des gens de mer fournissent également les algues porteuses de minuscules étoiles de mer qu’on peut détacher et conserver avec amour.

    En soirée, sur la place publique devant Le Musée des Acadiens, se produit un joyeux groupe musical « Jaune » devant plusieurs centaines de spectateurs enthousiastes.

jeudi, 9 juillet

    Aujourd’hui, c’est jour de golf pour cinq membres de la 2e génération. Le Club Fauvel est situé à côté. C’est un golf qui, depuis 1983, offre un parcours de haut niveau qui exige habileté et précision.

    Avant le départ de 14 h, on est passé à la poissonnerie et fait l’acquisition d’un tas de homards superbes. La soirée est donc consacrée à leur consommation dans toutes les règles de l’art que petits et grands pratiquent avec entrain.

    Coucher de soleil fabuleux et feu de camp où les fines échouries se garnissent de guimauves parfaitement dorées.

vendredi, 10 juillet

    Déjà la fin du séjour marin qui se dessine. Tous poursuivent leurs recherches, qui de cailloux jolis, de bois étranges, de coquillages gracieux. Une famille va à l’École de voile de Bonaventure et loue un voilier-croisière de 18 pieds avec capitaine. Celui-ci dispense avec enthousiasme ses connaissances dont ces 2e génération sont très friands. Philippe, 2 ans, sera du voyage!

    L’air salin a accompli son œuvre bienfaisante, tonique et apaisante pour les sens. Le sourire des Acadiens de Bonaventure ouvert, chaleureux, épicurien, a enrichi l’expérience.

    Il y a des lieux que l’on admire; il y en a d’autres qui touchent,

    et où l’on aime vivre. La Bruyère

samedi, 11 juillet

    Les chalets des Blés de mer sont vidés des effets des trois générations.

    Au retour, l’une des familles va passer par la mine d’agates du mont Lyall, dans le parc de la Gaspésie. Il y a 350 millions d’années, la lave a jailli de la montagne en éruption. En refroidissant, des minéraux se sont cristallisés à l’intérieur d’une roche volcanique appelée géode. Celles du mont Lyall possèdent des cavités remplies de quartz et de calcédoine formant de magnifiques agates composées d’améthyste, de cornaline et de jaspe. On espère bien rapporter des petits trésors dans les 50 lb de roches recueillies.

    Une autre famille va passer une semaine à l’Île du Prince-Édouard. Nos jeunes fiancés séjourneront chez des gens de la parenté qui font l’élevage des chiens malamutes, lesquels sont des bêtes magnifiques, particulièrement quand ils constituent une portée de cinq chiots de sept semaines!

    La 1ère génération va reprendre son train, Le Chaleur, qu’elle attendra dans la mignonne gare de Bonaventure. La vieille dame a, encore une fois, eu la chance de prendre un coup de jeune parce qu’énergisée par sa progéniture. D’ailleurs, elle sait très bien comment paraître cinq ans et dix kilos de moins à la caméra photo. S’entourer de sa 3e génération…

    Les enfants ne sont-ils pas le seul moyen que nous ayons d’atteindre l’immortalité? Freud

Claire Landry, professeure retraitée
Université du Québec à Montréal (UQAM)
Membre du RIAQ-voyages

Références

Les ateliers du Funambule : www.ateliersdufunambule.com

Bonaventure : www.bonaventure-gaspesie.com

Gaspésie : www.gaspesiejetaime.com

Club de golf Fauvel, Bonaventure : www.agfauvel.com

Le Bioparc de la Gaspésie : www.bioparc.ca

Musée acadien du Québec : www.museeacadien.com

Kayak, canot, rivière Bonaventure : www.cimeaventures.com

Les chalets des blés de mer :

http://www.infogaspesie.com/villages/baie_des_chaleurs/bonaventure/chalets_bles_de_mer.php

Parc national de l’Île-Bonaventure-et-du-Rocher-Percé : www.parcsquebec.com

École de voile de Bonaventure : www.voilebonaventure.com

Groupe musical Jaune : www.jaunemusique.com

Chiens malamutes IPE : akamute@eastlink.ca

Club des Plus Belles Baies du Monde : www.world-bays.com