Reportage de mon voyage au

  Guatémala

par

Paule Verschelden

 

 

 

 

 

Samedi 13 nov. 2004 – J1

 

Départ à 6h30 par Continental Airlines. Escale à Newark. Transfert à l’Hôtel San Carlos à Guatemala City. La ville étant renommée pour son taux de criminalité, nous ne la visitons pas.

                                     

 
Dimanche 14 nov. – J2

Transfert à Antigua. Visite guidée de la ville, des ruines, des marchés, d’un atelier de jade, de superbes musées au Centro cultural Casa Santo Domingo. Dans un de ces musées, on expose des œuvres archéologiques à côté d’œuvres récentes exécutées par des artistes d’un peu partout dans le monde. Nous visitons aussi les ruines du couvent détruit à la suite d’un tremblement de terre et la cathédrale de Santiago, d’un style typique des églises du pays.

      

 

Lundi 15 nov. – J3

Départ pour San Antonio Agua Caliente. Nous y visitons une coopérative de femmes qui enseignent l’art de tisser selon des techniques ancestrales. Une d’entre elles nous parle de la vie des femmes Mayas et nous montre comment elles portent le costume traditionnel. Nous prenons notre repas sous la tente.

Nous allons ensuite à Iximche visiter des ruines et un sanctuaire indigène. Nous y croisons des Mayas, hommes, femmes et enfants, qui reviennent d’une cérémonie religieuse où ils font des incantations à leurs dieux pour leur demander des faveurs en leur offrant des fleurs, en faisant des feux avec des chandelles, de la résine, du bois. Ils mangent, chantent, font partir des pétards. Ils étalent sur le sol des pétales de fleurs et des feuilles de plantes pour ne pas déranger les dieux qui habitent dans la terre.

                                   


       

 

Nous reprenons la route vers le lac Atitlan. Le paysage est à couper le souffle.

 


Mardi 14 nov. – J4

Croisière sur le lac Atitlan, situé au pied de 3 majestueux volcans. Son eau est turquoise et il est bordé de 12 petits villages indigènes très pittoresques. Dans un des villages, nous croisons des lavandières, des villageoises mayas, des enfants mendiants …mais heureux.

       

Nous visitons le marché et guidés par ces mêmes enfants, nous nous rendons chez un saint fétiche Maya, Maximon, espèce de mannequin qui fume le cigare et qui, moyennant rétribution, intercède auprès des dieux pour procurer des faveurs. Les gens sont encore très superstitieux dans ce pays.

Nous repartons vers Patulul pour aller coucher dans une finca, Las Tarrales, ranch spécialisé dans la culture et l’exportation de plantes tropicales et où on fait la culture du café. 

Mercredi 17 nov. – J5

 

Visite de la plantation : des forêts de bambous et de plantes de toutes sortes que nous retrouvons dans nos salons, croton, dieffenbachia, yucca, coleus, dracæna, poinsettia, ficus, etc.  

 

 

On nous fait aussi voir les installations pour le traitement des grains de café.


Nous visitons encore quelques villages puis repartons vers le lac Atitlan.

Jeudi 18 nov. – J6

Nous voyageons sur des routes sinueuses à plus de 2 150m d’altitude vers Chichicastenango. Nous visitons le marché le plus renommé du pays où se rassemblent des foules de paysans indigènes venus à pied des hauts sommets. Les gens sont costumés selon les couleurs de leur village, autant les hommes que les femmes.

    

Nous visitons l’église Santo Thomas (voir jour 12), symbole du syncrétisme religieux maya-catholique, où sur le sol de l’allée principale se retrouvent les offrandes des indigènes à leurs dieux, chandelles, fleurs, etc. puis nous nous rendons à la montagne sacrée Pascual Abaj, où un shaman pratique d’étranges rites religieux.

  

Vendredi 19 nov. – J7

Nous visitons le marché hebdomadaire de San Pedro Almohenca où vivent les «Mams», peuple considéré comme étranger à la communauté des Guatémaltèques et où on retrouve des légumes et des fruits d’une dimension impressionnante. Nous allons ensuite au marché de San Francisco El Alto, une foire aux bestiaux, situé à 2 565 m. d’altitude.

      

Samedi 20 nov. – J8

Escalade du volcan Pacaya, 2 550 m, encore en activité. Trek en montée continue de 2h50 et descente de 1h50. Toute une expédition. Mamie a beaucoup de difficulté à se rendre au sommet, manque de souffle à cause de l’altitude.

  

 Dimanche 21 novembre – J9

Départ en direction de la côte des Caraïbes. En route, nous visitons le site archéologique de Quirigua réputé pour la qualité de ses hiéroglyphes, stèles, tables et zoomorphes.

       

Lundi 22 novembre – J10

Nous allons faire une excursion en pirogue dans la Baie de Manatique. Dans un petit village,  nous voyons travailler des enfants de quatre à cinq ans. 


 

Nous côtoyons une forêt luxuriante habitée par des nuées de hérons blancs et de pélicans.    


 

 
Nous allons ensuite remonter le courant d’une rivière aux Sept Chutes

 


 et puis nous nous dirigeons vers Livingston, petit village vraiment sans intérêt particulier, si ce n’est que c’est le seul endroit au Guatémala où nous rencontrons des Noirs, les Garifunas, venus des îles des Caraïbes.

 Nous continuons toujours en pirogue sur le fleuve Rio Dulce. Nous bifurquons sur une rivière qui traverse la réserve naturelle de Chocon Machacas. Nous visitons une école de brousse spécialisée en agriculture biologique et un atelier d’artisanat fait à partir des éléments de la jungle.

      


 
Nous allons coucher dans ce qu’ils appellent un Jungle Lodge. Nous avons la surprise d’y trouver douche et toilette dans chaque unité et des lits entourés de filets suspendus au plafond pour nous protéger des moustiques. Expérience intéressante.

 

 

Mardi 23 novembre – J11

Randonnée dans la jungle, milieu tropical exceptionnel, où nous voyons des arbres à caoutchouc, à gomme à mâcher, des cocotiers, des lianes. Notre expédition nous amène à un lagon enchanteur qui prend sa source d’une grotte. Une cascade d’eau chaude naturelle se déverse dans le lagon. Y nager, c’est le paradis sur terre ! 

                                 


 

 

Nous allons ensuite visiter le Castillo de San Felipe, situé sur le golfe qui sépare le fleuve Rio Dulce du lac de Izabal, lieu de prédilection pour les commerçants venus d’Espagne. Construit en 1595 pour se défendre contre les  pirates qui venaient des Caraïbes, il a par la suite servi de prison, puis de repaire pour les corsaires et finalement, comme poste de vigie pour les Gualtémaltèques. C’est maintenant un Parc National.

 

                         

 

Nous nous dirigeons finalement vers Flores, petit village situé sur le bord du lac Peten Iza dont l’eau est turquoise.


 Mercredi 24 novembre – J12

Embarquement sur une corniche pour traverser le lac vers le petit village de San José. À l’aide d’un guide indigène, nous visitons une forêt de plantes médicinales qui regorgent au Peten. Les Mayas-Itzas ont su garder les secrets de leurs ancêtres pour extraire des plantes les éléments nécessaires pour faire savon, shampoing, teinture, crèmes et médicaments. Un repas typique nous est servi par la communauté. Nous partons ensuite en mini-bus pour Yaxha pour passer une autre nuit dans un Jungle Lodge. Nous arrivons juste à temps pour aller admirer le coucher de soleil du sommet du temple. 

        

Jeudi 25 novembre – J13

 
Nous partons en bateau pour visiter l’île de Topoxté, le site maya le plus ancien de la région du Peten. Sur le lac, nous croisons un crocodile. La pancarte disait donc vrai !

 


En après-midi, nous visitons le site archéologique de Yaxha qui fut le lieu de refuge des nobles de Tikal. Des colonies de singes hurleurs et de perroquets vivent à cet endroit. Leurs cris sont vraiment impressionnants. 

Vendredi 26 novembre – J14

Nous faisons la visite de la cité perdue de Tikal, un des plus extraordinaires sites archéologiques situés au cœur de la jungle du Peten, où plus de 100,000 indigènes ont vécu il y a 1500 ans. Majestueuses pyramides dont seulement 25 % sont restaurées. Nous grimpons par le moyen de plusieurs échelles superposées une pyramide qui mesure plus de 70 m de haut. Vertige assuré !

  

 Nous quittons le site vers 15h pour nous rendre à Flores prendre un petit avion qui nous ramènera à Guatemala City d’où nous devons partir très tôt le lendemain matin pour rentrer au pays.

 Ce fut un magnifique voyage très diversifié qui nous a mis en contact avec les beautés naturelles et culturelles du pays mais qui nous a permis aussi de rencontrer les indigènes dans leur habitat naturel. C’est un peuple très pauvre mais d’une grande fierté. Il n’y a pas de misère, nous disait notre guide, puisque les gens peuvent  manger tous les jours. Comme quoi, tout est relatif.

Paule Verschelden, membre de la liste  VOYAGES  du RIAQ

pauleve@videotron.ca