Covid-19 : 5 gestes barrières vraiment dangereux

Les recommandations pour vous protéger contre le Covid-19 ne cessent d’évoluer. Certaines d’entre elles, qu’il fallait encore suivre il y a quelques mois, ne s’appliquent plus aujourd’hui, et peuvent même s’avérer plus délétères qu’utiles. Le point sur les mesures de protection qu’il vaut mieux laisser de côté.

Cela fait déjà dix mois que les premiers cas de Covid-19 ont été enregistrés dans la ville de Wuhan, en Chine, et nous en apprenons chaque jour davantage sur le virus SARS-CoV-2, à l’origine de la pandémie. Et plus les scientifiques percent les secrets de ce nouveau coronavirus, plus les recommandations visant à s’en protéger évoluent.

C’est la raison pour laquelle certaines méthodes de prévention que l’on suivait l’hiver dernier ne s’appliquent plus à présent. Nous faisons le point sur les précautions qu’il vaut mieux ne pas (ou ne plus) prendre, face au Covid-19, avec les conseils du Dr Sharon Chekijian, médecin urgentiste et professeure et chercheuse associée à la Yale School of Medicine.

1. Distanciation sociale : les règles du jeu ont changé

“Maintenant que nous savons que le Covid-19 se propage principalement par les gouttelettes respiratoires en aérosol, vous pouvez assouplir certaines des précautions que vous avez peut-être prises”, explique le Dr Chekijian. Pour autant, certains gestes restent vivement conseillés, comme éviter le contact direct avec d’autres personnes et se laver les mains régulièrement.

"D'autres virus comme ceux responsables du rhume et de la grippe sont connus pour être transmis par des contacts de la main vers la bouche ou les yeux”, précise la spécialiste. “Il est donc toujours important de les laver fréquemment, d’éviter de serrer celle d’autrui et de ne pas toucher votre visage”. La règle de base pendant la saison hivernale : garder vos mains sous le niveau de vos épaules.

L’être humain a besoin d’interactions sociales.


En revanche, nul besoin de vivre reclus, sans jamais voir personne. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle la mesure impliquant le confinement strict à l’échelle nationale a été levée. “Les humains sont des créatures sociales”, détaille la médecin. “On estime que l’incidence de la dépression a quadruplé durant la quarantaine. Mais il n’y a pas de problème à se déplacer pour faire les courses, aller chez le médecin, faire de l’exercice, ainsi que rendre visite à ses amis ou à sa famille”.

Elle précise néanmoins que, si voir du monde est permis, il convient de prendre quelques précautions à ce moment-là, pour ne pas se mettre en danger. “Portez un masque et adoptez une bonne hygiène des mains. Si vous retrouvez des amis ou membres de votre famille qui ne font pas partie de votre foyer, faites-le plutôt en extérieur. Promenez-vous, dînez en plein air, discutez sur un banc à deux mètres de distance”, suggère la spécialiste.

“Il va sans dire que si vous avez le moindre symptôme caractéristique du Covid-19 ou d’une autre infection virale, vous devez rester chez vous. Il est également toujours préférable d’éviter les grands rassemblements, et les regroupements en intérieur”.

2. Porter des gants : une fausse «bonne idée»

Au début de la pandémie, le nombre de personnes qui portaient des gants en sortant de chez eux, dans l’espoir de se protéger, était relativement important. Dernièrement, on en voit de moins en moins… Et heureusement, d’après le Dr Chekijian !

En effet, les gants peuvent ramasser les germes sur les surfaces, lorsque vous touchez ces dernières, et vous procurer “un faux sentiment de sécurité”, ce qui vous rend donc moins prudent. Alors qu’en réalité, la transmission manuportée du coronavirus, c’est-à-dire de la main à la bouche, est “moins courante que nous le pensions à l’origine”, précise la spécialiste.

Néanmoins, une bonne hygiène des mains reste toujours une bonne idée pour stopper la propagation des maladies virales”. Ainsi, plutôt que de porter des gants à longueur de journée, mieux vaut garder sur soi un flacon de gel hydroalcoolique et vous en servir régulièrement, ou encore vous laver les mains à l’eau et au savon, dès lors que vous touchez des surfaces communes : poignées de porte, robinets, comptoir, etc.

3. Inutile de nettoyer tous vos aliments

Vous avez pris l’habitude de désinfecter tout ce que vous achetez, dès que vous rentrez du supermarché ? Certes, cela ne vous fera pas de mal, mais cette habitude vous fait sans doute perdre du temps inutilement.Le risque de contracter le Covid-19 en mangeant ou en manipulant des aliments (y compris les surgelés) et des emballages alimentaires est considéré comme très faible, selon les autorités sanitaires”, explique le Dr Chekijian.

Si toutefois, vous teniez vraiment à le faire, il faut évidemment éviter d’utiliser de l’eau de Javel, du gel hydroalcoolique ou n’importe quel type de désinfectant chimique.Vous risquez de vous empoisonner, ainsi que votre entourage”, précise la doctoresse. Mieux vaut, dans ce cas, vous en tenir au traditionnel savon et bien rincer ensuite.

4. Arrêter le sport : plus délétère que bénéfique

Vous avez arrêté toute activité physique, sous prétexte de fuir le coronavirus ? Mauvaise idée ! “Bien que vous souhaitiez peut-être éviter la salle de sport ou les cours collectifs en intérieur, cela reste une bonne idée de reprendre une activité physique régulière”, explique le Dr Chekijian. “Optez pour un cours de yoga en plein air, ou une promenade dans le parc du quartier”, suggère-t-elle.

En effet, le manque d’activité physique favorise le surpoids et l’obésité, et augmente le risque de maladies non transmissibles, telles que le diabète, l’accident vasculaire cérébral, l’infarctus et même certains cancers. Il a également un impact négatif sur la santé mentale et la qualité de vie, comme le révélait en 2018 une étude publiée sur «The Lancet».

5. Ne fuyez pas les hôpitaux, ni les urgences !

Au début de la pandémie, les autorités conseillaient à la population de rester chez elle, et de ne se rendre à l’hôpital qu’en cas de véritable urgence. Le but : permettre au personnel soignant de se concentrer sur les cas graves de Covid-19. Mais cette recommandation a été un peu trop prise au pied de la lettre, ce qui a entraîné une hausse des complications liés à d’autres pathologies. En cas d’urgence médicale, n’hésitez pas à contacter votre médecin traitant. Actuellement, les hôpitaux ont pris les dispositions nécessaires pour pouvoir recevoir des cas graves de Covid-19 en réanimation, tout en continuant à accueillir d’autres patients, et sont moins engorgés qu’au début de la pandémie.

“Nous autres, médecins, avons été reconnaissants que vous nous écoutiez, mais maintenant nous observons des cas de crises cardiaques, d’accidents vasculaires cérébraux, de dépression grave ou de blessures qui ne sont pas traités, parce que les gens ont trop peur de se rendre aux urgences… alors même qu’ils en ont vraiment besoin”, déplore le Dr Chekijian.

En cas d’urgence médicale, n’hésitez pas  à contacter votre médecin traitant. Actuellement, les hôpitaux ont pris les dispositions nécessaires pour pouvoir recevoir des cas graves de Covid-19 en réanimation, tout en continuant à accueillir d’autres patients, et sont moins engorgés qu’au début de la pandémie.

Sommaire
1 - Distanciation sociale : les règles du jeu ont changé
2 - Porter des gants : une fausse bonne idée
3 - Inutile de nettoyer tous vos aliments
4 - Arrêter le sport : plus délétère que bénéfique
5 - Ne fuyez pas les hôpitaux ni les urgences !

Auteur de l'article: Pauline Capmas-Delarue, journaliste santé, publié le 07/09/2020 à 12:16

Source: cliquez ICI.