La télésanté, voie de l'avenir de la médecine au Québec

Imaginez la scène. Vous êtes confortablement installé dans une salle d'examen du Centre hospitalier universitaire de Québec (CHUQ), tandis qu'un spécialiste en poste à Montréal discute par vidéoconférence en direct de votre cas avec votre médecin.

D'autres professionnels de la santé peuvent même intervenir pour donner leurs opinions. Bienvenue dans l'univers de la télésanté!

« La télésanté est une application des technologies de l'information et de la communication au monde de la santé. Grâce aux avancées de la technologie et de l'informatique, nous pouvons transmettre des données médicales à distance (radiographies, échographies, résultats d'analyse, etc.) et consulter ainsi d'autres médecins ou spécialistes qui possèdent des connaissances de pointe dans l'un ou l'autre des domaines de la santé. Le Dr Alain Cloutier, cardiologue pédiatre du CHUQ, a implanté le premier modèle de télésanté en cardiologie pédiatrique entre Québec et Rimouski en 1993. Depuis ce temps, la télésanté a élargi son champ d'intervention à la plupart des secteurs de la médicine », explique Jean Boulanger, responsable de la télésanté  au CHUQ. Aujourd'hui, on peut même consulter un gynécologue ou un psychiatre à distance!

Rapprocher la connaissance

Outre ses multiples applications en médecine, la télésanté a l'immense avantage de fournir rapidement une expertise et, s'il y a lieu, un diagnostic, à des individus ou des familles qui habitent des régions éloignées. « Cela permet d'éviter des frais et des déplacements inutiles, des pertes de journée de travail et bien d'autres inconvénients tout en bonifiant l'utilisation de nos équipements. Il y a quelques années, nous avons réalisé, en compagnie d'une généticienne du CHUQ, une consultation médicale avec 15 membres d'une même famille des Îles-de-la-Madeleine. En cas d'incertitude, face au diagnostic, il est toujours possible de demander au patient de se rendre sur place », ajoute Olga Paquin, conseillère aux activités de santé.

La formation médicale à distance

Nouvelle avenue de diagnostic, de traitement et de prévention, la télésanté joue également un rôle croissant en matière de recherche et de formation continue. En 2007, le CHUQ a réalisé 956 sessions de télésanté en temps réel dont 667 sessions de téléinformation et 159 réunions administratives. « Au total, il s'agit d'une augmentation de 34 % du nombre de sessions par rapport à l'année précédente », affirme Jean Boulanger. « La télésanté est un outil additionnel pour diffuser et partager la reconnaissance aux quatre coins de la planète. »

La télépathologie bientôt au programme

Dès cet automne, le CHUQ prévoit par ailleurs réaliser un projet de 7 M $ visant à mettre sur pied un programme de télépathologie à l'échelle du territoire québécois. Ce programme s'appliquerait, entre autres, à des activités de consultation, d'examens, de contrôle de qualité et de formation continue. « En 2009, nous lancerons aussi un projet de téléconsultation et de soutien au développement des pratiques professionnelles, notamment en psychiatrie , oncologie, cardiologie, pneumologie  et ophtalmologie. Le vieillissement de la population constitue un des facteurs qui militent en faveur de ce projet », précise Jean Boulanger...

Source : Réal Demers, journaliste, Le Journal des 50 +, septembre 2008

Recherche : Ronald Doucet

Le 7 octobre 2008